Les jeunes font entendre leur voix

MV-jeunes.jpg

C’est au Cercle Nautique et Touristique du Lacydon (CNTL) que Martine Vassal a réuni, mardi 25 juin, plusieurs centaines de personnes pour une soirée d’échanges placée sous le signe de la jeunesse dans le cadre de « Marseille Métropole Audacieuse » et de la grande concertation publique engagée au mois de mars. « J’ai besoin d’avoir votre sentiment, votre ressenti. C’est un temps de dialogue pendant lequel vous allez m’expliquer votre façon de voir l’avenir pour bâtir un futur meilleur. », a déclaré la Présidente du Conseil départemental et de la Métropole en introduction, avant d’inviter les jeunes à prendre la parole : « Je ne parlerai pas beaucoup ce soir. C’est à vous ! ».

Le message est bien passé. Futurs entrepreneurs, étudiants, sympathisants, ils ont été nombreux à se prêter au jeu lors de cet échange décomplexé. Un exercice qui leur a permis d’aborder avec Martine Vassal diverses thématiques comme le logement, l’emploi, la mobilité, le sport ou encore la mixité sociale tout en exprimant leurs revendications et en apportant leurs idées pour le territoire.

Mobilité, sport, bien-vivre ensemble, les jeunes veulent une réflexion transversale

A l’heure où le Département et la Métropole accélèrent en matière de déplacements, notamment avec la ligne de BHNS l’Aixpress, la création du boulevard Urbain Sud ou les 16 futures lignes de vélos sur le territoire, la mobilité reste une priorité pour les jeunes, convaincus qu’elle est la clef de nombreuses problématiques. « Nous vous demandons de faire quelque chose pour les transports. Cela permettrait de réduire la fracture Nord/Sud à Marseille par exemple, mais aussi de rendre le sport, l’éducation, les loisirs et l’emploi accessibles à tous. La jeunesse doit pouvoir étudier, sortir, bouger sans être enclavée dans son petit quartier », a-t-on pu entendre dans l’assistance.

Pour Yohann, entrepreneur, il est également essentiel de créer une « Maison de la Jeunesse », une sorte de relais entre les jeunes, les décideurs locaux et les collectivités publiques. Objectif ? Favoriser la création d’entreprises et alléger les démarches administratives. Attentive, Martine Vassal a également souligné la nécessité absolue de ne plus stigmatiser les jeunes qui choisissent les métiers de l’artisanat : « Chacun doit avoir sa chance. Nous devons aussi être aux côtés de ceux qui ne font pas de longues études et mettre davantage en valeur les métiers manuels » a-t-elle ajouté.

« Réintroduire la jeunesse en centre-ville »

« Il n’y a plus tellement de jeunes dans le centre de Marseille. On manque de logements étudiants, d’espaces dédiés  », regrettait Nicolas, « La Métropole peut-elle se doter d’une structure administrative pour y remédier ? ». « Il faut effectivement que la jeunesse puisse revenir en centre-ville. Je souhaite, avec la Métropole, réhabiliter un grand nombre de logements d’une part pour lutter contre l’habitat indigne et d’autre part pour permettre aux étudiants de s’installer. Mais il ne faut pas oublier que les procédures administratives sont longues », a précisé Martine Vassal avant d’annoncer la signature prochaine d’un accord avec le ministre Julien Denormandie, en charge de la cohésion des territoires, qui permettra de réduire les délais de préemption et ainsi récupérer les logements à rénover beaucoup plus rapidement.

Etendre le wifi gratuitement sur tout le territoire, créer des écoles spécialisées dans les métiers du numérique et des lieux de co-working, se réapproprier l’espace public au profit de zones plus vertes et plus fraîches, resserrer les liens entre les communautés et favoriser le multiculturalisme…Cette soirée riche en propositions et en échanges de qualité s’annonce comme le socle d’un grand travail au service de la jeunesse.